Skip to content

Accueil > Histoire & Patrimoine > La grande guerre 1914 - 1918 > L’offensive d’octobre 1918 > Les combats de La Demi-Lieue

Les combats de La Demi-Lieue

samedi 11 octobre 2008, par webmestre

 L’attaque de la Demi-Lieu

 La compagnie B avait été informée dès le 15 octobre qu’elle aurait à fournir quatre tanks en soutien du 2nd King’s Royal Rifle Corps (KRRC). En fait, ce seront cinq tanks, dont le A347, plus de douze tanks appartenant à une compagnie mixte qui feront mouvement dans l’après-midi du 16 vers la position d’attente dans le bois de la Sablière, juste à côté de la route de Bohain - Busigny (voir A sur la carte). L’état-major de bataillon s’était établi à l’ouest de Vaux-Andigny (B), avec son état-major avancé auprès du 2nd KRRC installé au sud-ouest de Molain, à proximité de la position de rassemblement de la compagnie, fixée dans la carrière près du passage à niveau (C), probablement au lieu-dit "Le Pré aus vaux". La position de rassemblement du bataillon était prévue, quant à elle, au de Vaux-Andigny (D).

 Le 17, aux environs de 10.00 heures du matin, le régiment d’infanterie, qui poursuit l’armée allemande en retraite, est clouée sur place par des tirs soutenus de mitrailleuses dissimulées dans les taillis et il fait appel aux tanks du 6ème bataillon. Quatre Whippet arrivent peu après 11.00 heures. Après avoir traversé la Selle au sud de Molain, un gué peu profond ayant été trouvé près de la source, et après avoir progressé au nord de la ligne de chemin de fer.

 Les tanks recoivent immédiatement leurs ordres : capturer une position allemande située aux alentours de la petite halte de La Demi-lieue (1) sur la ligne de chemin de fer. Trois tanks se dirigeront vers la halte, le A347 la contournera par le sud-est, le A377 par le sud et le A379 par le nord. Pendant ce temps, le A321 s’occupera des mitrailleuses cachées dans les buissons au nord du village de La Vallée-Mulâtre (E)

 La Fin du FIREFLY A347

 Dès le début de l’attaque des tanks, le A321 parvient à réduire au silence un certain nombres de mitrailleuses, mais pas toutes et l’infanterie reste clouée sur place. Les trois autres tanks contournent La Vallée-Mulâtre par le nord, convergent donc seuls vers la halte de chemin de fer. Ils commencent leur mouvement d’encerclement de la halte mais il ne peuvent pas le terminer car ils sont pris à partie par un canon très bien dissimulé. Ils sont touchés l’un après l’autre et leur attaque échoue. Le A347 est touché à peu près à gauche de la route (D68) menant à la halte. Le tir des mitrailleuses allemandes reprend de plus belle et l’infanterie britannique est obligée de reculer de près de 200 mètres. Le quatrième tank se replie d’abord à l’ouest du village (F) et rejoint à 13.30 heures le point de rassemblement dans la carrière (C). La position de Bellevue sera finalement reprise le 19 octobre et largement dépassée puisque la 4ème Armée britannique s’approchera très près du canal de La Sambre dès le 20 octobre.

 La position du canon allemand qui contra l’attaque de la Compagnie B n’est pas déterminée avec certitude. Ce canon devait être situé soit sur la petite crête de la Demi-Lieue, soit à la hauteur de Bellevue, plus au nord-est. Le coup sur l’arrière droit de la casemate de notre Whippet, qui devait effectuer un mouvement tournant par le sud-est, pourrait permettre de croire que le canon était placé en retrait soit dans les bâtiments de la ferme Bellevue, soit ce qui est plus probable, au sud-est de celle-ci. La disposition des lieux confirme cette hypothèse : la ferme Bellevue est invisible de la position de départ de La Vallée-Mulâtre et les tanks ne peuvent être pris à partie depuis Bellevue qu’au moment où ils débouchent sur la petite crête menant à la halte.


 

Le Whippet Firefly A347-B au Musée de l’Armée de terre à Bruxelles, frappé le 17 octobre 1918.

 

Les traces laissées par l’impact de plein fouet sur l’angle de la casemate laissent supposer que l’équipage fut serieusement touché. Les pertes de la Compagnie B sont sévères dans cette action : le Caporal H.S. Stone et les soldats R.A. White et J.H. Preston sont tués en plus de neuf blessés : le Major W.O. Gibbs, les caporaux H.G.L. Williams et F.L. Brown ainsi que les soldats D. Stephens, A.E. Gill, T.J. Cross, P. Smith, W.L. Hamer et F. Catrell. L’équipe du A347 doit se trouver parmi ces noms.


 

 

Whippet Mark B Firefly 

Extrait et traduit de "A FIELD ARTILLERY GROUP IN THE GENERAL ADVANCE"

Pour en savoir plus sur le Whippet je vous conseille le site suivant :

http://www.landships.freeservers.com/whippet_info.htm

(1) Orthographiée alors "demi-lieue" et appelée par les Britanniques "demilieu".